St. Martins

St. Martins

Click to open the interactive map

Roches

Les roches de St. Martins datent du Trias, soit de 250 millions d’années environ, et font partie des formations Honeycomb Point, Quaco et Echo Cove. Les grottes marines se trouvent dans la formation rouge Honeycomb Point. L’épais bloc congloméré fait partie de la formation Quaco. Il est facile d’observer la suture entre les deux formations à l’extrémité est de la plage, face aux restaurants. Ces roches n’ont livré que très peu de fossiles. Il y a des dizaines d’années, des fossiles végétaux mal conservés ont été découverts dans la formation Echo Cove.

Trésors rocheux de la baie de Fundy

Les rochers du Permien-Trias visibles à St. Martins plongent sous la baie de Fundy et émergent dans la partie qui se trouve en Nouvelle-Écosse, près de Parrsboro et Blomidon. L’histoire des fossiles de la Nouvelle-Écosse inclut les plus vieux dinosaures d’Amérique du Nord trouvés dans des rochers datant du Trias. Les roches de la Nouvelle-Écosse renferment des fossiles semblables au Coelophysis. Nos roches sont trop âgées pour contenir des fossiles de dinosaures.

Au Nouveau-Brunswick, les roches du Trias appartiennent à la période la plus ancienne de l’ère secondaire, remontraient même à l’époque géologique du Permien. Dans l’Île-du-Prince-Édouard, les rochers du Permien ont produit des fossiles de reptiles comme le Bathygnathus. Des empreintes fossiles pouvant appartenir à des reptiles ont été observées ici!

Grottes marines

Dans la baie de Fundy, les vagues martèlent sans relâche les falaises de la côte. Le port de St. Martins recèle de magnifiques spécimens de grottes marines peu profondes, sculptées dans le grès et le conglomérat. Les grottes marines sont créées par érosion, contrairement aux grottes créées par solution chimique des paysages karstiques, lors de laquelle le substratum carbonaté a été dissous par les acides naturels et l’eau souterraine. Dans des roches sédimentaires comme celles-ci, des grottes se forment parfois le long des couches rocheuses. Il est possible de le constater lorsque le bloc congloméré rencontre le grès rouge. Le sol de la grotte suit la même inclinaison que les couches de roche.

Accès :
Accès :
Accessible aux personnes handicapées :
Horaire :
Du lever au coucher du soleil
Emplacement :
Adresse :
Route 111
St. Martins (N.-B.)
Canada
GPS:
45.348151, -65.5556239
Téléphone :

Parc Rockwood

Roches

Ce parc porte bien son nom. Les roches du parc Rockwood sont assez diversifiées. Elles comprennent du marbre du Précambrien, du gneiss du Précambrien, des roches ignées du Précambrien au Cambrien (granit), de la tonalite, de la granodiorite et de la dacite ainsi que du grès et du conglomérat du Dévonien. Le parc abrite deux terranes géologiques. Le terrane calédonien comprend de la dacite de la formation du lac McBrien et le groupe Saint John du Cambrien, juste à l’extérieur du parc. Au nord-ouest de la dacite, les roches appartiennent au terrane Brookville. Les roches du Dévonien constituent une séquence supracrustale plus ancienne de jeunes roches sédimentaires.

Une faille majeure nommée Caledonia sépare les terranes. La route principale au-delà du pavillon du lac Lily suit la ligne de faille.

Une longue histoire

Le parc Rockwood est associé à une longue histoire d’études scientifiques et d’exploration géologique. La Société d’histoire naturelle du Nouveau-Brunswick s’est penchée sur sa géologie à la fin des années 1800. Les échantillons de roche recueillis par ses membres se trouvent dans la collection du Musée du Nouveau-Brunswick. Dans les années 1860, la grotte Howes a été découverte dans le marbre de la formation Ashburn. Elle a été décrite dans le bulletin de la société en 1904. Plus tôt encore, dans les années 1800, une mine de graphite était exploitée près de la décharge du lac Lily.

Géocaching

Le parc Rockwood possède de nombreux sentiers qui permettent d’explorer sa géologie à pied, en vélo de montagne ou à cheval. Vous pouvez l’explorer de près en faisant de l’escalade avec un guide. L’hiver, le parc est un superbe endroit à découvrir en ski de fond ou en raquettes.

Accès :
Accès :
Accessible aux personnes handicapées :
Horaire :
Du lever au coucher du soleil
Emplacement :
Adresse :
10, promenade Fisher Lake
Saint John (N.-B.)
Canada
GPS:
45.3039657, -66.0594638
Téléphone :
(506) 658-2883

Parc naturel Irving

Roches

La géologie du Parc naturel Irving comprend un substratum du Dévonien au Carbonifère (359 à 346 millions d’années) exposé à l’île Taylors et à Sheldon Point et recouvert de dépôts de sable, de gravier et d’argile au cours de la dernière période glaciaire, il y a moins de 15 000 ans. Il s’est révélé ardu de déterminer l’âge des roches volcaniques et sédimentaires.

Bien que ces roches possèdent bon nombre de caractéristiques intéressantes, la présente note porte surtout sur la géologie de l’âge glaciaire du parc. Il s’agit du meilleur endroit de Stonehammer pour observer cet aspect de son histoire géologique. La géologie de l’âge glaciaire est constituée de sédiments « meubles ». Trop jeunes, ils ne sont pas encore formés en roche.

Changement climatique

La fin de l’âge glaciaire est caractérisée par un changement climatique rapide, plus spécialement au cours de l’intervalle froid appelé « Dryas récent ». Il y a environ 11 000 ans, les températures ont plongé de 7 ˚C en une dizaine d’années. Les insectes subarctiques ont de nouveau envahi les Maritimes pendant des centaines d’années, jusqu’à ce que la température se réchauffe. La tourbière située sur la colline de Saints Rest Beach témoigne de ce changement climatique rapide.

Glaciers

Pendant une période que les géologues ont baptisée le « dernier maximum glaciaire » et qui a eu lieu il y a environ 20 000 ans, les glaciers recouvraient la presque totalité de l’Amérique du Nord, y compris les Maritimes. Il y a 10 000 ans, le Nouveau-Brunswick n’était probablement pas recouvert de glace. En se retirant, les glaciers ont laissé des empilements de sable et de gravier le long de leurs limites. Appelés « moraines » et « épandages fluvio-glaciaires », ces empilements de sédiments peuvent facilement être observés dans le paysage moderne. Nous les utilisons souvent comme carrières de sable et de gravier. La carrière du chemin Sand Cove, située au-dessus de la plage, en est un exemple. Il y a près de 15 000 ans, le front du glacier se tenait ici, au Irving Nature Park. C’était ce qu’on appelle un glacier de marée, car il se dressait contre l’océan. L’argile rouge le long des falaises de la plage se compose de couches de sédiments marins. Parfois, on y trouve des fossiles d’escargots, de palourdes, d’oursins et d’étoiles de mer. En se retirant, le glacier a continué à laisser une série de moraines aux endroits où il est demeuré un moment. Si vous regardez au nord-ouest depuis la plage, vous verrez le chemin Manawagonish, sur la colline. Ce chemin a été tracé sur la moraine Manawagonish. La moraine a agi comme une digue et a forcé le fleuve Saint-Jean à couler par les rapides réversibles.

Accès :
Accès :
Accessible aux personnes handicapées :
Horaire :
Emplacement :
Ouest de Saint John
Adresse :
1379, chemin Sand Cove
Saint John (N.-B.)
E2L 4M3 ~ Canada
GPS:
45.2257772, -66.1175892
Géoparc mondial Stonehammer de l’UNESCO