Parc Tucker

Tucker Park

Click to open the interactive map

Roches

Les roches du parc Tucker appartiennent à une formation distincte de la région de Saint John. Elles comprennent la formation Kennebecasis, tirant son nom de la rivière à la surface de laquelle elles affleurent. Ce sont les plus anciennes roches de couverture du parc, ce qui implique qu’elles reposent sur des terranes géologiques plus anciens formés par les mouvements de la tectonique des plaques. Les roches rouges du Dévonien ont près de 370 millions d’années.

Fleuves de roches

On pourrait décrire les roches de la formation Kennebecasis comme des « fleuves de roches », car elles consistent en des couches de sédiments accumulées en lits fluviaux. Le sable, la boue et les blocs rocheux ont descendu le courant en érodant les montagnes créées par la collision des terranes plus anciens. On peut voir des échantillons spectaculaires de ces roches du Dévonien dans le quartier nord de Saint John, à Millidgeville et près de l’UNB à Saint John. La formation Memramcook, que l’on peut voir plus loin à l’est, près de Hampton, y est associée. Elle a été créée dans un milieu semblable.

L’âge des poissons

La période du Dévonien des temps géologiques est souvent appelée l’Âge des poissons. De nombreux groupes de poissons que nous connaissons aujourd’hui sont apparus à cette période. Cependant, certaines des espèces dominantes du Dévonien ont disparu. Au cours de cette période, les poissons osseux et les requins, qui existent encore, ont connu une évolution rapide. Les acanthodiens, les placodermes, les céphalaspides, les thélodontes ainsi que d’autres espèces ont disparu. Le Dévonien est également l’époque de l’évolution des tétrapodes. Un tétrapode est un animal à quatre pattes (deux pattes et deux bras, dans le cas présent). Le Holoptychius, un crossoptérygien, est un poisson fossile courant chez les fossiles de tétrapodes du Dévonien. Récemment, un de ces fossiles a été découvert dans la formation Kennebecasis, non loin du parc Tucker. Ses écailles et sa mâchoire sont caractéristiques et indiquent que ces roches datent probablement du Dévonien. Elles confirment l’hypothèse qu’il s’agit de sédiments d’eau douce ou non marins.

Accès :
Accès :
Accessible aux personnes handicapées :
Horaire :
Du lever au coucher du soleil
Emplacement :
Adresse :
Promenade Kennebecasis
Saint John (N.-B.)
Canada
GPS:
45.3113292, -66.0987850
Téléphone :

Parc Dominion

Roches

L’île Green Head est le site par excellence du groupe de Green Head qui comprend du marbre de la fin du Précambrien datant de 750 millions à 1,2 milliard d’années. Le marbre est une roche métamorphique qui se forme à partir du calcaire. Sous l’effet de la chaleur et de la pression, ce dernier se transforme et se recristallise. Auparavant, le calcaire formait le sédiment d’un fond marin peu profond.
La formation Martinon fait également partie du groupe de Green Head. Elle est souvent considérée comme une roche de grès ou de conglomérat. On pense qu’elle a environ le même âge que le marbre, mais elle est faite de sédiments plus profonds formés sur les pentes immergées menant aux profondeurs océaniques.

La période géologique

« Précambrien » désigne une très longue période géologique. Comme son nom l’indique, il s’agit de tout ce qui précède le Cambrien et qui englobe la période allant de la formation de la Terre, il y a 4,6 milliards d’années, au début du Cambrien, il y a 542 millions d’années. Quatre milliards d’années, c’est très long, et appeler cette période le Précambrien permet de présenter de manière simple une période complexe de l’histoire de la Terre. Au cours des années 1800, les fossiles constituaient l’un des seuls moyens de distinguer les roches du Précambrien des roches plus jeunes. Les roches du Cambrien contiennent souvent beaucoup de fossiles, comme les trilobites. Le premier fossile considéré comme issu du Précambrien a été découvert dans les années 1860, dans le cadre d’une recherche intensive menée pour découvrir le premier signe de vie de cette période. La première découverte a été validée à la fin du 19e siècle. Entre-temps, en 1890, le géologue George Matthew, de Saint John, décrivait un fossile trouvé près du parc Dominion. L’identification de ce stromatolithe Archaeozoon acadiense a fait l’objet d’un examen scientifique. Il est maintenant connu comme le premier fossile précambrien à être décrit dans des ouvrages scientifiques.

À proximité

La carrière de pierres à chaux Green Head de Saint John comporte des restes de structures bâties et de carrières. Elle abrite l’une des dernières exploitations historiques de four à chaux du sud du Nouveau-Brunswick. On peut y voir des vestiges de la carrière, des fondations de four, du bois des quais et des murs de fondation des demeures. Dans les années 1800, l’industrie de la chaux était en pleine expansion dans la région. Dix-neuf sites étaient exploités. Les carrières étaient creusées dans le marbre précambrien de la formation Ashburn du groupe de Green Head. Pendant de nombreuses années, la carrière Green Head a été exploitée par Joseph et Frank Armstrong, dont les produits à base de chaux étaient réputés pour leur qualité partout dans les Maritimes. La chaux produite à la carrière Armstrong était utilisée à l’échelon local. Elle a servi de mortier lors de la construction des immeubles du centre-ville de Saint John, après le grand incendie de 1877. Joseph Armstrong a été un des pionniers de l’expansion de l’industrie de la chaux, dont les exportations atteignaient près de 100 000 $ en 1889. L’exploitation de la carrière rappelle à nos mémoires l’industrie minière qui a alimenté l’économie du sud du Nouveau-Brunswick pendant la plus grande partie du 19e siècle.

Accès :
Toute l’année
Accès :
Accessible aux personnes handicapées :
Oui
Horaire :
Du lever au coucher du soleil
Emplacement :
Angle du chemin Dominion Park et de la rue Tippett
Adresse :
GPS:
45.2691391, -66.123868
Géoparc mondial Stonehammer de l’UNESCO