Un géoparc est un territoire reconnu par Géoparcs mondiaux de l’UNESCO pour son patrimoine géologique exceptionnel. Cela signifie simplement qu’un tel endroit a une conformation naturelle propice à l’éducation ou une valeur scientifique significative et qu’il est d’une rareté particulière ou simplement beau à observer.

Les géoparcs ne se limitent toutefois pas au volet géologique, il peut aussi s’agir de sites où l’archéologie, la vie sauvage et les habitats, l’histoire, le folklore et la culture ont un intérêt particulier et sont tous intimement liés à la géologie sous-jacente. Contrairement à celle de « site du patrimoine mondial », la désignation de « géoparc » comporte un engagement envers l’économie locale, qui se réalise par l’attraction de touristes dans la région, la création d’emplois et l’intensification du besoin de nouvelles entreprises, autant de facteurs qui font connaître et comprendre une ressource naturelle aussi formidable.

Pourquoi l’appeler géoparc Stonehammer?

Ce parc géologique est un des premiers endroits du Canada à avoir été exploré par des géologues. En 1857, un groupe de jeunes hommes de Saint John créent le Steinhammer Club dans l’intention d’explorer la géologie des environs. Plusieurs années auparavant, en 1838, le docteur Abraham Gesner, lui aussi résidant à Saint John, était devenu le premier géologue provincial de l’Empire britannique. Il a ouvert un des premiers musées publics du Canada. Ses rapports ont guidé le travail des membres du Steinhammer Club, qui ont fondé la Société d’histoire naturelle du Nouveau-Brunswick. Depuis, le parc Stonehammer n’a plus cessé de recevoir la visite de géologues qui continuent à y faire des découvertes.

Le logo du parc Stonehammer reprend certaines des caractéristiques géologiques du parc et fait le lien entre les gens et la géologie. Le symbole central est un trilobite, une référence à un des fossiles les plus célèbres du parc. Les trilobites, une espèce aujourd’hui disparue, ressemblaient à des crabes et ont commencé à peupler le fond de l’océan au Cambrien, il y a près de 530 millions d’années. George Matthew et Fred Hartt, tous deux membres du Steinhammer Club, ainsi que leur collègue Loring Bailey, trouvent les premiers fossiles canadiens de trilobites du Cambrien dans le parc en 1863. Dans les années 1880, Will Matthew, le jeune fils de George, met au jour un des plus grands fossiles de trilobite du monde dans les rochers de Saint John.

Le géoparc Stonehammer est un parc géologique, mais l’endroit évoque aussi les gens, la société et la culture. La vie même des gens est façonnée par la géologie – le lieu où on s’établit, ce qu’on y cultive, le paysage terrestre, les risques naturels, les ressources en eau, le climat, les mines, les sources d’énergie, tout a rapport à la géologie.

Comme au temps du docteur Gesner et du Steinhammer Club, le marteau brise-roche (en anglais, stone hammer) reste le principal outil du géologue.

Géoparc mondial Stonehammer de l’UNESCO